« My tailor is digital », ou comment la technologie fait revivre le commerce de la mode