Prévision de l’attribution d’un marché public en fonction de la réputation de l’entreprise

Objectifs

Plusieurs études montrent que la réputation est un facteur de performance des entreprises. Toutefois, cette performance pose le problème du rôle de la réputation dans l’accès aux marchés. En effet, est-ce que la forte réputation d’une entreprise est un avantage qui crée une barrière à l’entrée des marchés pour les autres entreprises ?

Données

Les données utilisées pour cette étude sont issues du fichier des avis d’attribution du Bulletin Officiel des Annonces des Marchés Publics (BOAMP) accessible sur le portail de l’opendata français. Le BOAMP recense les appels d’offres et les résultats des marchés de l’État, des collectivités locales et de leurs établissements publics. Sur la période allant de 2006 à 2011, 565.557 transactions réalisées entre 6.182 donneurs d’ordres et 26.570 fournisseurs, ont été analysées.

Méthode

Pour concevoir notre modèle, nous avons choisi d’analyser les marchés publics français grâce aux données fourni par le Datalab. Nous observons l’attribution de marchés publics français sur une période de 6 ans. Nous faisons une analyse longitudinale des performances passés de l’entreprise ayant la plus forte réputation en appliquant le modèle SINAR (Signed INteger-valued AutoRegressive).

Résultats

Les résultats de notre analyse montre que la forte réputation d’une entreprise a un effet significatif sur l’attribution des marchés publics. En effet, l’estimation du paramètre alpha de notre modèle étant de -0,4318, il indique que la probabilité d’attribution d’un marché à l’entreprise ayant la plus forte réputation dépend de façon significative de l’attribution qu’il a obtenu la fois précédente. Il y a une probabilité significative de 43 % que le prochain marché auquel se présentera cette entreprise ne lui soit pas attribué s’il a déjà obtenu un marché la fois précédente.

Reputation

Auto-Correlation-Function (ACF) et Partial-Auto-Correlation-Function (PACF) sur les 400 premières observations

Implications managériales

L’estimation du modèle apporte la preuve empirique que la sélection d’un fournisseur ayant une forte réputation ne créée pas une barrière d’entrée dans les marchés publics et n’empêche pas la libre concurrence. En conséquence, ce résultat remet en cause la réglementation de l’Union Européenne qui limite l’utilisation des informations sur la performance passée pour sélectionner les fournisseurs dans les marchés publics.

En savoir plus…

Kachour, M., Mamavi, O., Nagati. (2016). The impact of reputation in market entry: evidence from french public procurement – Journal of Applied Business Research. vol 32, n°3. Télécharger l’article ici