Intelligence artificielle : quelle place aura demain l’être humain ?

L’intelligence artificielle est un concept qui ne date pas d’hier. En 1956, John McCarthy, professeur au MIT puis à Stanford, avait déjà utilisé ce terme pour désigner un système capable d’apprendre, de s’adapter et de raisonner. Si à l’époque, l’idée pouvait sembler ridicule, elle est actuellement en passe de devenir évidente. Comme l’affirmait en son temps le philosophe allemand Arthur Schopenhauer, toute révolution franchit systématiquement trois étapes : « D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant été une évidence. »

Car il faut bien l’admettre, l’intelligence artificielle est en train de pénétrer tous les secteurs d’activités et de révolutionner le monde qui est le nôtre (lire aussi la chronique : « La révolution de l’intelligence artificielle« ). Son cœur d’activité ? La prise de décision reposant sur le traitement d’une plus ou moins grande quantité d’informations.

Dans le monde du jeu, l’intelligence artificielle a récemment enflammé les débats après la victoire écrasante de la solution AlphaGo développée par DeepMind (Google) sur l’un des meilleurs joueurs de Go au monde. La singularité de la solution développée par DeepMind tient certainement au mix judicieux entre le « deep learning » et le « reinforcement learning ». Car pour atteindre ce résultat, la machine AlphaGo s’est entraînée sur la base des millions de situations rencontrées par des professionnels au cours de parties réelles (apprentissage supervisé de type profond) puis a renforcé son apprentissage en jouant des parties contre elle-même (apprentissage par renforcement).

Lire la suite sur la Harvard Business Review

Article publié par Virginie Rio-Jeanne, Consultante senior auprès du cabinet de conseil Mews Partners, sur Hbrfrance.fr.